Accueil » Catalogue » Poires tapées »
Nos produits

Foie gras
Spécialités au canard
Saucissons et jambons
Terrines et pâtés
Plats cuisinés
Apéritifs et digestifs
Aides culinaires
Chèques cadeaux
Paniers garnis

Cadeaux proposés
Promotions
Nouveaux produits
Accès direct...
Rechercher un produit
 
[Recherche rapide]       
---- sinon ----       

Utilisez la recherche avancée
Les origines
Informations pratiques
Paiement sécurisé
Délai et livraison
Règles de confidentialité
Conditions Gales de Vente
Lettre d'information
Contactez-nous
Plan du site
Respect de l'environnement
Nouvelles fonctionnalités
Qui sommes-nous
Catalogue à télécharger
Nos partenaires
Logos de solution PayPal Paiement sécurisé de La Poste
Articles
Nouveaux Articles
Tous les Articles
Saucissons (8)
Confiture de lait (4)
Poires tapées (1)
Autres spécialités (2)
Divers (3)
Témoignages clients

Je suis d accord avec ma bulle de goausrndime cela me rappelle tte mon enfance quand on allait chez ...

En savoir plus


pbRJWUk3JQet     
bienvenue

L'histoire de la poire tapée

Histoire des fruits cuits de Touraine, le Pruneau de Tours, la Poire Tapée de Rivarennes, et tous les autres fruits qui suivirent.

En 1312, le jour de son sacre à Reims, le roi Louis X reçoit de la part des notables de la ville des Poires de Rousselet séchées. C’est le plus ancien document trouvé à ce jour faisant état de ce que l’on appelle aujourd’hui la Poire Tapée. Ce document permet d’attester qu’à cette époque la Poire Tapée existe déjà et est un produit élaboré. Cela permet aussi d’affirmer que chercher son origine au moins un siècle avant n’est pas une aberration.

En remontant le temps, c’est vers la fin du XI° et au début du XII° siècle que se trouvent réunies les conditions propices à l’apparition de cette « pourlècherie ».
Au retour des croisades, les seigneurs sont ruinés, ils ont du payer leur voyage, mais aussi celui des paysans qui les accompagnaient dans ces aventures. Pour pouvoir faire face à leurs exigences financières les seigneurs se trouvent dans l’obligation de vendre des « droits » comme les droits de passage qui vont donner plus tard les octrois, ou encore les droits de fours par exemple. On va assister à la disparition du four banal, exclusivement réservé à la production du pain pour voir apparaître le four commun et aussi le four privé.
Le four commun est lui aussi exclusivement consacré à la production du pain, mais le four privé lui ne fait du pain qu’une fois par semaine, le reste du temps il attend.
A cette même époque, Aliénor d’Aquitaine, qui revient de croisade, encourage la plantation des pruniers ramenés de Damas dans la vallée de la Loire. Elle réside à Fontevraud, ce qui explique en partie le choix de la vallée de la Loire. Les paysans partis en croisade avec leur seigneur ont appris à conserver ces fruits en les séchant au soleil et au four. Ils appliquent leurs connaissances et commencent par faire des pruneaux, ainsi naît le pruneau de Tours, du nom de la grande ville ou se trouvent les entrepôts ou ils sont stockés avant commercialisation. Cette technique de conservation est alors appliquée aux fruits locaux, d’abord les plus fragiles comme la poire puis suivront la pomme et tous les autres comme le « poirillon » (la corme). L’importance économique de ces productions dans la région de Rivarennes est attestée par l’existence d’un bail de location pour un four à sécher les fruits rédigé au début du XVI° siècle. Ce four était situé dans une grosse ferme fortifiée entre Bréhémont et Rivarennes.

Rabelais parle dans les guerres picrocholines de fruits cuits et de Pruneaux de Tours. Ces guerres se passant dans la région de Chinon on peut supposer que déjà une forme de poire tapée existait à cette époque et que son invention est plus lointaine. De petites améliorations en petites améliorations la poire tapée est devenue un produit très élaboré qui, après une période de gloire, a du s’effacer brutalement en 1932 devant l’arrivée de nouvelles variétés de poires. Sa commercialisation s’est arrêtée ainsi que sa fabrication en masse pour devenir confidentielle dans les maisons de Rivarennes. En 1985, quelques personnes ayant entendu parler de la grande époque de la richesse de la commune voulurent en savoir plus. Ils rencontrèrent Léontine, dernière personne vivante ayant fait des Poires Tapées dans les grands fours, qui leur raconta, avec la mémoire de ses 94 ans, comment à l’âge de huit ans elle faisait les Poires Tapées. C’est à ce moment que naquit l’Association de la Poire tapées qui a aujourd’hui réussi à faire revivre ce produit et le sauver de l’oubli.

Commentaire: 0
Ecrire une critique
Faire connaître
Signalez ce texte à un ami:  
French
frais de port
Nos promotions
Nos nouveautés
Coffret cadeau "La valise gourmande"
Coffret cadeau "La valise gourmande"
48.50 €
Nos meilleures ventes
01.Bonal
02.Véritable Suédois
03.Caille fourrée à 40% de foie gras de canard
04.Lot de 12 saucissons au choix
05.1 Corbeille + 6 saucissons au choix + 1 terrine + 1 couteau
Les avis des internautes
Lot de 12 saucissons au choix
Très bons produits. Le vendeur a pris la peine de m'appeler ..
5 sur 5 étoiles !
Programme d'affiliation
Information
FAQ
Connection
L'Epicerie du Terroir - L'épicerie fine en ligne 100 % gourmande
Service clientèle 04 84 25 23 66
Logistique et dépôt 01 64 26 36 08


Gastronomie - Foie gras de canard entier - Confit de canard - Saucisson - Foie gras du Sud Ouest - Spécialités du Terroir - Confiture de lait - Saucissons - Nous sommes présents sur ShopMania